General Motors cède sa participation dans Lordstown Motors – iwebsy

General Motors a vendu sa participation dans Lordstown Motors, une startup de véhicules électriques qui a eu du mal à mettre en production son premier véhicule, la camionnette électrique Endurance, rapporte le Detroit Free Press.

Les 7,5 millions d’actions ordinaires de GM, soit moins de 5 % de la société, avaient une valeur nette initiale de 75 millions de dollars. Le constructeur automobile a vendu sa participation au quatrième trimestre 2021 après une période de blocage non divulguée.

La nouvelle survient après que Lordstown a divulgué une perte élargie de 81,2 millions de dollars, ou 0,42 € par action, pour le quatrième trimestre. Lors de son appel aux résultats lundi, la startup a partagé son intention de produire et de vendre jusqu’à 3 000 camions Endurance jusqu’en 2023, dont 500 devraient être vendus cette année. Autrement dit, si l’entreprise a levé plus d’argent. Lundi, Lordstown a déclaré aux investisseurs qu’il devait lever 250 millions de dollars supplémentaires pour construire les 500 camions.

Le plaidoyer supplémentaire pour l’argent n’a déjà pas l’air génial, mais de plus, les prévisions mises à jour sont bien en deçà des 32 000 unités que l’ancienne direction a promises aux investisseurs avant l’introduction en bourse de Lordstown via un accord SPAC en octobre 2020.

La relation de Lordstown avec GM remonte à 2018 lorsque GM a annoncé qu’il fermerait son usine de Lordstown, ce que l’ancien président Donald Trump a contesté. GM a ensuite vendu l’usine à une autre entreprise de véhicules électriques laborieuse, Workhorse (qui, soit dit en passant, est toujours en difficulté par rapport à ses propres bénéfices du quatrième trimestre qui ont montré une perte trimestrielle de 1,13 € par action).

Le fondateur et ancien PDG de Workhorse, Steve Burns, a lancé Lordstown Motors avec l’intention de construire des camions électriques dans l’ancienne usine GM, et GM a investi 75 millions de dollars dans l’entreprise. Lordstown a investi environ 240 millions de dollars dans l’usine, mais n’a pas été en mesure de la faire décoller.

Suite à une série de drames, notamment la perte d’un leadership clé au milieu de problèmes de production, Lordstown a révélé qu’il n’avait pas assez d’argent pour se rendre jusqu’en 2023, il a donc vendu l’usine en septembre à l’assembleur d’iPhone Foxconn pour 230 millions de dollars. Cependant, l’accord n’a pas encore été conclu et les dirigeants de Lordstown ont déclaré lundi que l’accord avec l’usine n’était pas aussi avancé qu’ils l’avaient prévu, une autre annonce qui a sans aucun doute fait se tortiller les investisseurs.