Qu’est-il arrivé à tous les coupés abordables ?

Avez-vous essayé d’acheter un coupé abordable dernièrement? Ce n’est pas si facile. Tout le monde sait que les multisegments tuent les berlines et les familiales depuis quelques années, mais ils ont également décimé le marché des deux portes sportives.

Bien sûr, si vous avez plus de 80 000 € à dépenser, ou si vous êtes prêt et capable de faire des compromis sur les sièges et l’aspect pratique, vous pouvez acheter quelque chose d’amusant avec deux portes. Mais remonter le temps 30 ans en arrière et vous n’aviez que l’embarras du choix en matière de coupés abordables.

Jetons un coup d’œil à certaines des voitures disponibles à l’époque et voyons lesquelles de ces marques font toujours le bonheur des amateurs de coupés trois décennies plus tard.

Acura

En relation: Est-ce à quoi aurait dû ressembler une nouvelle Honda Integra Type R?

L’Integra était l’un des pères fondateurs de la gamme Acura lorsque Honda a établi la marque aux États-Unis en 1986, et le RSX battait encore le drapeau des coupés 20 ans plus tard, avant de tuer sa gamme abordable à deux portes en 2006. L’Integra Le retour cette année a généré un véritable buzz, mais ne nous leurrons pas que la berline cinq portes MY 2023 est tout sauf une berline.

Audi

blank

En voici un qui contredit la tendance. Audi a retiré son beau coupé basé sur les années 80 du marché américain en 1991, mais en 92, vous auriez encore pu vous procurer un exemple à peine utilisé. Avance rapide jusqu’en 2022 et Audi propose deux coupés sous la forme de l’A5 et du TT, mais peut-être pas pour longtemps. Les grondements d’Ingolstadt suggèrent que le TT à vente lente ne sera pas remplacé, ou il pourrait être réincarné comme, oui, un crossover.

BMW

blank

BMW a en fait proposé deux coupés en 1992 : la série 3 et la série 8, bien que nous ayons réduit à la fois la série E31 8 classique et son descendant du code G15 du jour modèle pour des raisons d’abordabilité. Mais avec les versions à deux portes des séries 2 et 4 dans sa gamme actuelle, BMW propose en fait plus de coupés qu’il y a 30 ans.

Buick

blank

Vous pensiez que les aspirations de coupé de Buick se sont terminées avec le Grand National et le GNX dans les années 1980 ? Un coup d’œil à ce Skylark du début des années 1990 et vous souhaiterez qu’ils l’aient eu. Et croyez-nous, nous vous rendons service en ne le montrant pas de dos. La jolie Reatta est décédée en 1991, mais le coupé Skylark a été un pilier de la gamme Buick pendant près de 50 ans et a duré jusqu’en 1997. De nos jours, la marque ne vend que des multisegments et des VUS.

Chevrolet

blank

La Monte Carlo de Chevy était en congé sabbatique entre 1988 et 1995, mais les fans de nœud papillon pouvaient choisir entre la Cavalier et la Beretta à traction avant et la Camaro à propulsion arrière en 1992. Ces jours-ci, la Cav et la Beretta sont révolues depuis longtemps, et même difficile est d’imaginer une gamme Chevy sans Camaro, la baisse des ventes signifie que le légendaire poney se prépare pour un voyage à l’usine de colle.

Esquive

blank

La Challenger de Dodge est la pony car actuelle la plus vendue, mais elle était introuvable en 1992. Mais Dodge proposait deux coupés en plus de celui que vous trouverez aujourd’hui chez les concessionnaires Dodge. La Daytona à traction avant a été construite autour de la plate-forme K-car de Chrysler, tandis que la Dodge Stealth était une Mitsubishi 3000GT/GTO à badge.

Aigle, Mitsubishi et Plymouth

blank

Eagle, Mitsubishi et Plymouth ont tous pu apposer leur badge sur une version du coupé construit par la coentreprise Diamond Star Motors à Normal, dans l’Illinois, qui a suscité des critiques élogieuses. Mais vous ne trouverez pas de coupé descendant de l’une de ces voitures dans les salles d’exposition modernes. Chrysler a tué Eagle en 1998 et Plymouth trois ans plus tard, et bien que Mitsubishi vende toujours une Eclipse, c’est un multisegment à cinq portes.

Gué

blank

Comme Chevy et Dodge, Ford avait une gamme de coupés à deux niveaux en 1992. La Probe à traction avant a été développée à partir du châssis 626 de Mazda et cette année-là a marqué le passage à la voiture de deuxième génération presque Firebird. Mais pour les fans de Ford qui voulaient toujours un coupé traditionnel à propulsion arrière, la Fox Mustang profitait de ses deux dernières années en vente. Seul l’insigne Mustang est toujours en circulation 30 ans plus tard, et selon le site Web de Ford, c’est la seule « voiture » que la marque vend.

Géo et Isuzu

blank

En relation: Après le GMC Hummer, quel nom mort GM devrait-il ressusciter?

Geo était la tentative de GM dans les années 1990 de créer une petite marque de voitures, mais toutes ses voitures n’étaient pas des sous-compactes ennuyeuses comme la Metro. Les coupés Storm les plus rapides étaient équipés d’un 1.8 de 140 ch (142 ch) qui les a amenés à 100 km/h en un peu plus de 7 secondes.

Malheureusement, GM a dû abandonner le Storm en 1993 lorsqu’Isuzu a cessé de le construire ainsi que le jumeau Isuzu Impulse du Storm. GM a tué Geo en 1997 et ces jours-ci, Isuzu est tout au sujet des camions.

Honda

blank

Acura avait peut-être l’Integra, mais les concessionnaires Honda avaient encore beaucoup à offrir aux acheteurs de coupés. Le Prelude de quatrième génération était nouveau pour l’année modèle 1992, et bien que le nouveau CRX Del Sol à deux places soit sans doute plus une voiture de sport qu’un coupé, il était amusant, abordable et trop cool pour être exclu de cette liste.

Hyundai

blank

La porte arrière unique du Hyundai Veloster signifie qu’il ne s’agit que d’un vrai coupé côté conducteur, mais nous lui pardonnerons car la version N de 275 ch (279 ch) (le seul Veloster restant en vente) a 2,5 fois la puissance du plus puissant Scoupe 1992. Soit dit en passant, ce nom se prononce « scoop », ce qui a conduit un magazine à faire référence à un appareil de collecte d’excréments de chien populaire de l’époque dans le titre de sa critique peu flatteuse : « Poop S-Coupe ».

Lexus et Mercedes

blank

Nous avons essayé de rester à l’écart des marques haut de gamme pour cette liste, mais la réalité est que Lexus et Mercedes proposent actuellement des coupés à des prix étonnamment abordables. La Lexus RC de base coûte 43 545 €, ce qui la rend beaucoup plus abordable en termes réels que l’ancien coupé SC300, qui affichait 32 000 € en 1992. Et en passant devant le prétendant du coupé CLA à quatre portes (allez, c’est une berline !), la La gamme de coupés Mercedes commence avec le C 300 à 47 850 €, ce qui réduit encore une fois massivement l’ancien W124 300CE lorsqu’il est ajusté en fonction de l’inflation.

Mazda

blank

Le style mignon, l’intérieur intelligent et la maniabilité agile de la Mazda MX-3 de 1992 l’ont aidée à se démarquer de la foule des coupés, mais pas autant que son V6 bonsaï de 1,8 litre. Pour les acheteurs ayant besoin de plus d’espace, il y avait son grand frère MX-6, un proche cousin du Mk2 Ford Probe, tandis que les mordus de vitesse ont obtenu le RX-7.

Vous ne trouverez rien de tel dans la gamme actuelle de Mazda, mais le MX-5 a une option de carrosserie à toit rigide rétractable RF non disponible en 1992, et nous supposons que le MX-30 avec ses portes arrière suicide essaie au moins de injecter du grésillement de coupé dans le marché des multisegments.

Nissan

blank

La gamme de produits de Nissan contenait tellement de coupés en 1992 qu’on aurait pu penser qu’il s’agissait d’une marque dédiée aux voitures de sport. Du cutesey NX1600 et son grand frère NX2000 (« une Porsche 944 abordable » dit Conducteur), à la Sentra à tout faire, la sexy 240SX et la musclée 300ZX, il y avait une Nissan à deux portes pour chaque poche.

En relation: Toyota Supra, Mazda RX-7 et Nissan 300ZX se battent pour devenir le roi du coupé des années 90

Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez dire en 2022. Le prix de départ de 114 000 € de la GT-R vieillissante signifie qu’elle ne correspond certainement pas à notre mission «abordable», mais la nouvelle Z de 400 ch (406 ch) a au moins l’air d’être grande valeur à 40 000 €.

Oldsmobile

blank

Voici un autre coupé oublié d’une marque presque oubliée. L’Achieva à traction avant était disponible en berline ou en coupé et a remplacé le Cutlass Calais au look Lego. Le plus gros moteur disponible était un V6 de 3,3 litres de 160 ch (162 ch), mais la plus grande puissance appartenait au Quad-4 de 2,3 litres de 190 ch (193 ch) à haut régime. L’Achieva l’a étouffé en 1998, et la marque Olds n’a duré que six ans après cela.

Pontiac

blank

Pontiac avait l’habitude de prétendre qu’elle provoquait de l’excitation, et si vous étiez excité par la vue de deux portes, la marque de performance de GM vous avait couvert. Les offres de coupé à traction avant de la marque étaient les Sunbird et Grand Am, tandis que la Firebird à traction arrière était disponible avec tout, d’un V6 léger à un V8 à petit bloc de 350 ch (355 ch) dans la version SLP Firehawk qui est passé à 60 mph en 4,6 secondes. Mais il n’y a pas eu de coupé Pontiac depuis le G6 de 2008 parce qu’il n’y a pas eu de Pontiac pour en construire un; GM a supprimé la marque cette année-là.

Saturne

blank

Est-ce juste nous, ou la Saturn SC 1990-96 a-t-elle l’air plutôt sympa pour une voiture conçue lorsque Ronald Reagan était sur la sellette du bureau ovale ? Elle s’en est certainement mieux sortie que la voiture de troisième génération qui l’a suivie. La marque sans marchandage de GM n’avait qu’un seul coupé dans sa gamme en 1992, et le seul moteur disponible était un quatre cylindres en ligne de 123 ch (125 ch). Mais c’était mieux que rien, non ? C’est ce que nous avons maintenant parce que Saturne a brûlé en 2010.

Subaru

blank

Quatre-vingt-douze était une année de transition pour Subaru. Le XT étrangement anguleux avec son volant asymétrique encore plus étrange a passé le flambeau au SVX plus avancé, mais beaucoup plus cher (et toujours étrange). Mais nous prendrions une BRZ à changement de vitesse manuel moderne sur l’une ou l’autre de ces voitures n’importe quel jour.

Toyota

blank

D’accord, donc personne ne rêve vraiment d’un autre Paseo, mais c’était quand même cool que Toyota propose un coupé d’entrée de gamme pour les acheteurs de 1992 qui ne pouvaient pas se permettre une Celica ou une Supra. Ces jours-ci, la gamme est passée de trois à deux sous la forme de la Supra dérivée du GR86 et de la BMW Z4.

Volkswagen

Volkswagen a lancé sa gamme de coupés en 1955 avec la Karmann Ghia basée sur Beetle, suivie avec la Scirocco deux décennies plus tard, et en 1992, la Corrado était la voiture la plus sportive de la gamme VW. De nos jours, vous ne pouvez même pas obtenir une GTi ou une Golf R à deux portes chez votre concessionnaire VW, encore moins un vrai coupé.